POURQUOI LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL EST-IL AUTANT GÉNÉRATEUR DE PROFITS ?


http://www.focusrh.com/tribunes/pourquoi-le-bien-etre-au-travail-est-il-autant-generateur-de-profits-par-philippe-rodet-27821.html

​Le bien-être au travail est générateur de profits. On pourrait le démontrer en s'appuyant sur le coût annuel du stress professionnel en France, estimé par le Bureau International du Travail, à 51 milliards d'euros. Si le stress laissait la place au bien-être, on imagine aisément le gain que cela pourrait représenter.

Dans le même sens, un article paru sur le site suisse d'information « Swiss Info » le 4 septembre 2011 aborde une étude réalisée en Suisse auprès d'environ 5 000 collaborateurs de grandes entreprises ou d'administrations. Selon cette étude, les collaborateurs victimes d'un niveau de stress important sont jusqu'à 10 % moins productifs que les autres.

Selon cette même étude, il ressort que les mesures de prévention du stress mises en œuvre ont permis de faire baisser l'absentéisme de chaque collaborateur de 1,7 jours par an. Il ressort également que ces mesures génèrent un bénéfice financier annuel estimé à 195 francs suisses soit environ 158 euros par collaborateur.

Toujours dans le même sens, une tribune de Messieurs Olivier Pastré et Alexandre Jost, publiée sur le site du journal « Les Echos », le 9 octobre 2013, estime les bénéfices du bien-être au travail à 1 % de croissance en plus. Il y a donc très gros à gagner !

Les raisons de ces gains sont intéressantes à étudier

Les raisons de ces gains pourraient provenir du fait que l'amélioration du bien-être au travail passe par une meilleure qualité du management des collaborateurs. L'influence de la qualité du management sur le bien-être au travail a été largement abordée dans le rapport élaboré par Christian Larose, président de la Section du Travail du Conseil économique, social et environnemental, Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric et Muriel Pénicaud, directrice générale des ressources humaines de Danone.

Un management de qualité pourrait s'appuyer sur des leviers de motivation intrinsèques capables d'améliorer la réussite individuelle, la performance collective et la santé.

D'un management de qualité à la motivation et de la motivation aux émotions positives​​

On sait que de nombreux leviers de motivation intrinsèque (sens, autonomie, gratitude, encouragements, sentiment de justice…) sont générateurs d'émotions positives. Or, les émotions positives ont des effets majeurs sur la réussite.

En effet, elles élargissent le champ de l'attention et renforcent la créativité. En outre, elles influencent la vision du monde qui nous entoure, en nous poussant à voir prioritairement ce qui va bien. Enfin, les émotions positives rendent les personnes psychologiquement plus souples et plus sociables.

Emotions positives et ocytocine

Parmi les hormones qui interviennent dans les émotions positives, il y a l'ocytocine. Une étude menée chez le chien a montré que si des émotions positives sont cultivées chez cet animal, son taux d'ocytocine urinaire augmente. Les auteurs de cette étude parlent de l'ocytocine comme d'un bio-marqueur des émotions positives.

D'ailleurs, les effets décrits comme étant ceux des émotions positives correspondent à merveille à ceux de l'ocytocine : meilleure appréhension de la complexité, plus grande sociabilité... On sait également que l'ocytocine favorise nos capacités à penser la complexité, capacité altérée en cas de stress. Il est aussi admis que l'ocytocine vient diminuer les effets du stress, plus le taux d'ocytocine augmente dans le sang, plus le taux de cortisol (une des hormones du stress) diminue.

Les émotions positives ont donc de nombreux atouts. Et ce n'est pas tout, elles sont contagieuses !

Les émotions d'une manière générale sont contagieuses dans la mesure où elles passent facilement et très rapidement, en quelques millisecondes, d'une personne à l'autre sans que l'on s'en rende compte. Les émotions vont engendrer des réactions musculaires qui vont activer chez l'autre les mêmes neurones que ceux qui auraient été stimulés si l'émotion avait été vécue personnellement. C'est l'intérêt des travaux de Elaine Hatfield, professeur de psychologie de l'Université de Hawaii et auteur, avec John T. Cacioppo professeur de psychologie de l'Université de Chicago, et Richard L. Rapson, du livre « Emotional contagion ».

Des expériences réalisées par des chercheurs de l'Université de Uppsala en Suède montrent bien le caractère contagieux des émotions. Si des personnes voient des figures heureuses pendant 30 millisecondes, sans se rendre compte qu'elles les voient, les muscles faciaux des personnes qui regardent évoquent des émotions positives.

On imagine aisément l'impact de la contagion des émotions positives en interne mais aussi... sur les relations commerciales. Des collaborateurs motivés vont donc émettre d'avantage d'émotions positives et améliorer ainsi la réussite individuelle et la performance collective. Et, en plus, en raison de la contagiosité, des émotions vont favoriser l'expression d'émotions positives chez leurs clients, les rendant ainsi… plus heureux.

Une contagiosité pressentie grâce aux travaux sur l'ocytocine

Si l'on revient à l'ocytocine, hormone des émotions positives, les travaux du Professeur Paul J. Zak (économiste et neurologue, auteur de « The Moral Molecule », fondateur du centre d'études neuro-économiques) sont intéressants dans la mesure où ils montrent l'influence d'un taux élevé d'ocytocine sur le comportement d'autrui. Ainsi, si l'on montre à quelqu'un qu'on lui fait confiance, on va favoriser chez cette personne la sécrétion d'ocytocine et la rendre ainsi plus généreuse, empathique et, en quelque sorte, sensible à nos arguments. Des travaux qui recoupent les approches sur la contagion des émotions et notamment des émotions positives.

Les émotions positives favorisent donc la réussite individuelle, la performance collective, la santé et... les relations commerciales !

Des leviers de motivation intrinsèque vont donc améliorer les succès de chacun, rendre l'équipe plus soudée et performante, protéger des effets du stress et optimiser la relation commerciale. On comprend bien pourquoi le bien-être peut-être aussi rentable.

A propos de l'auteur :

Docteur Philippe Rodet

Consultant, auteur de "Se libérer du stress : un médecin urgentiste raconte" aux éditions Eyrolles, Philippe Rodet s'intéresse à l'interaction entre la motivation et le stress depuis une vingtaine d'année. Selon lui, le plaisir inhérent à la motivation annihile une grande partie des effets toxiques du stress, ainsi la motivation permet d'allier performance et santé. Il a consacré deux autres ouvrages à cette approche : « /L'ardeur nouvelle/ » en 1998 et « Le stress : nouvelles voies » en 2007 (Editions de Fallois). En 2006, il fait émerger le blog stress-info. En 2007, il contribue à fonder la Commission nationale sur le stress de l'ANDRH (Association Nationale des Directeurs de Ressources Humaines). En 2008, il participe à la création de la Commission nationale sur le stress du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants). En 2009, il intègre « le Cercle de l'Humain » de « L'Expansion ».


Corinne Houilliez - Sophrologue - siret 479 182 578

  • Facebook Social Icon

Sophrologie Béthune